Mémoire olfactive : une clé d'accès à nos émotions
 

Le bien-être par les odeurs avec l'olfactohérapie à Nice

Capture d’écran 2021-05-27 à 20.20.10.png

 

Un monde composé d'odeurs et d'émotions

Nous vivons dans un monde d’odeurs même si nous n'en avons pas toujours conscience… Nous sommes théoriquement capables de reconnaître plus de 1000 milliards d’odeurs. En réalité, nous utilisons qu'une partie de notre potentiel olfactif.

Notre odorat est le seul sens à être directement relié au centre de nos émotions. Notre corps réagit à une odeur avant même d’avoir pu l'identifier.

L’interaction entre olfaction et émotions est très forte. Ce lien entre les odeurs et les émotions s’explique principalement par la structure du cerveau. En effet, le système limbique (le centre des émotions) est très proche et est étroitement lié au centre olfactif, ce qui a pour conséquence une influence directe des odeurs sur les émotions.

Cette association a une véritable utilité. Elle permet, par exemple, de vérifier si des aliments sont comestibles, d’apaiser et de détendre les bébés grâce à l’odeur de leur mère…
En outre, le lien entre odeurs et émotions joue un rôle dans les interactions sociales. Plus précisément, il s’avère que nous sommes capables, par l’odorat de détecter des signaux de peur de façon inconsciente et automatique. Cette perception inconsciente de la peur agit sur notre cerveau en activant des aires impliquées dans l’empathie. Nous devenons alors plus prudents et plus vigilants.

Ainsi, nous distinguons plus d’odeurs que nous ne pouvons l’imaginer !

C'est pourquoi, nous pouvons nous reconnecter à nos souvenirs, bons ou mauvais, ainsi qu'à la charge émotionnelle qui y est associée, à travers les odeurs.

Les odeurs et les émotions sont donc intimement reliées dans notre cerveau. Et, c'est pour cela que les unes vont nous aider à pacifier les autres.

La mémoire olfactive

Notre mémoire olfactive est déjà active pendant notre vie intra-utérine et elle se développe tout au long de notre vie, selon nos expériences et nos croyances. Elle fait partie de notre identité et résulte de notre environnement culturel.

Nous avons associé chaque odeur à une situation, à une représentation symbolique.

Une odeur perçue pour la première fois ne laisse pas indifférent. En effet, la première impression olfactive s’imprime dans le cerveau en prenant en compte le contexte émotionnel dans lequel nous percevons cette odeur.
Ainsi, si nous nous trouvons dans un contexte agréable, l’odeur aura tendance à être perçue comme agréable et familière. Au contraire, si le contexte dans lequel on sent une odeur pour la première fois est plutôt désagréable, l’odeur risque d’être par la suite, ressentie comme répugnante, même les odeurs en principe "agréables".
Les émotions et les odeurs sont donc fortement liées et cette association laisse des traces dans le cerveau. C'est ce qui explique pourquoi certaines odeurs font resurgir des souvenirs enfouis.

Cette mémoire associative nous permet donc de classer l’odeur et de déterminer si elle est "aimée", "non aimée" ou seulement "appréciée" ou "non appréciée".  Ainsi, selon la façon dont nous qualifions l’odeur, des souvenirs, des images, des émotions, des associations symboliques émergent dans notre conscience.

Ce mécanisme de l'odorat associé à la mémoire est utilisée dans les hôpitaux pour rééduquer le système neurologique des malades atteints de pathologies dégénératives telles que la maladie d’Alzheimer.

lb4zRLmnnYA9ITNN-co4w1k9jPw_400x459.jpg

Notre système olfactif

Les molécules olfactives à l’état gazeux arrivent dans les

voies nasales, elles sont captées avant d’être traduites en

messages neurochimiques.

Chaque odeur se compose d’environ 100 molécules mais

nous n'en détectons consciemment que quelques-unes.

Le message olfactif est transmis au système limbique et au

système conscient. Le cerveau limbique est notamment

composé de l’amygdale et de l’hippocampe. L’amygdale est

le centre des émotions et l’hippocampe est l'aire cérébrale

qui active la mémoire. 

Notre odorat, en lien avec les différents systèmes cérébraux, nous permet donc d’analyser rapidement notre environnement et de déterminer si nous sommes dans un endroit agréable ou si nous sommes en danger.

Le néocortex ou cerveau conscient contextualise l’odeur, y associe une image, un mot …

C’est un sens beaucoup plus subjectif que la vue, l’ouïe ou le toucher :

 

  • Chaque nez est différent et donc unique

  • L’odeur est immatérielle et il est difficile d’en parler indépendamment de son support.

  • Une odeur peut être perçue différemment par 2 personnes

  • Mais aussi par une même personne à des moments différents.

  • Des odeurs différentes peuvent, par contre, provoquer une réaction identique chez plusieurs personnes.

 

L'odorat permet donc d'associer chaque moment de notre vie à un contexte émotionnel donné (c'est l'effet madeleine de Proust). C'est ce qui va nous permettre de parcourir le chemin inverse de l'odeur à l'émotion traumatique qui demande à être libérée.